Search icon

L'abattage dans le plus grand abattoir de Beyrouth

L’abattoir de la Qaurantaine est fermé

Mise à jour janvier 2015 : En décembre 2014, CIWF a participé à plusieurs réunions à Beyrouth avec les responsables gouvernementaux. Nous avons ainsi pu échanger et apporter notre conseil sur les problématiques de bien-être animal à l’abattoir de la Quarantaine et les prochaines étapes à suivre par les autorités libanaises pour réduire les souffrances endurées par les animaux. Il est apparu clair que la volonté des autorités était d’effectuer des travaux de rénovation temporaires à la Quarantaine, en vue de la construction future d’un nouvel abattoir qui permettra d’améliorer à la fois le bien-être animal et la sécurité sanitaire. Les autorités rencontrées ont été sensibles à l’importance d’améliorer le bien-être animal dans toute nouvelle construction, et nous ont indiqué qu’ils continueront d’impliquer CIWF. Nous espérons vivement que cela permettra l’amélioration de l’ensemble des abattoirs libanais, diminuant ainsi les souffrances endurées par les animaux dans les abattoirs libanais.

Mise à jour novembre 2014 : Nous sommes heureux d'annoncer que l'abattoir de la Quarantaine est fermé. C'est un résultat fantastique pour les supporters de CIWF, une victoire suite à une forte mobilisation autour de notre pétition (plus de 136 000 signatures) et d'importants efforts de lobbying. Nous attendons de savoir s'il s'agit d'une fermeture temporaire ou définitive, et quels seront les plans pour l'avenir. Mais pour le moment, l'abattoir de la Quarantaine, un des pires que nous ayons jamais vu, est vide. Des millions d'autres animaux ont besoin de notre aide, merci d'exiger que les animaux européens ne plus soient plus exportés hors de l'UE, où nos lois ne les protègent plus.


Des conditions épouvantables dévoilées

En 2013, dans le cadre d’une enquête sur le sort des animaux exportés, CIWF fut témoin d'animaux brutalement abattus au Liban.

CIWF a révélé des conditions d'abattage épouvantables des animaux dans le plus grand abattoir de Beyrouth, qui fournit un tiers de la viande dans la capitale libanaise.

Dans l'abattoir de La Quarantaine à Beyrouth, qui fournit un tiers de la viande dans la capitale libanaise, les animaux subissaient des traitements inacceptables : battus avec violence pour les faire avancer, les moutons trainés par les membres sur le sol couvert de sang et jonché de morceaux de cadavres, soulevés, jetés puis immobilisés à terre avec le pied avant la mise à mort et les bovins suspendus conscients par une patte.

Ces conditions d’abattage violent les normes internationales de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), dont le Liban est un pays membre. CIWF a déposé plusieurs plaintes et demande à ce que l’abattoir public de Beyrouth soit fermé jusqu'à ce qu'il soit entièrement rénové et le personnel correctement formé, pour être a minima en conformité avec les recommandations de l'OIE.

Enquête CIWF : Abattoir public de Beyrouth, La Quarantaine

Avertissement : Les images de ce film sont choquantes.